À Propos

Qui sommes nous ?

Chipper

Chipper est mon lapin bélier nain, il partage ma vie depuis 8 ans.

Il vit en liberté dans notre appartement et c’est un vrai petit amour.

Fou de bananes et de foin de Crau.

 

 

Mariline

22 ans et originaire de Caen, j’adore les lapins. Je craque toujours quand j’en vois. 

Folle de séries, ballades et d’Écosse !

Une belle histoire d’amour

Notre Histoire…

Mai / Juin 2011

Je suis en troisième et j’ai 14 ans, tous les samedis matin, je vais monter à poney dans la ferme pédagogique de ma ville. Avant de préparer les poneys, ma meilleure amie, d’autres enfants et moi-même allons voir les animaux de la ferme : poules, canards et lapins. Dans les clapiers, se trouvent des lapins de ferme et dans un clapier à part, vivaient deux petits lapins nains vifs. Un lapin nain tête de lion gris et un lapin nain bélier chamois à manteau, appelé Chipper par les enfants de la ferme (“chipeur arrête de chiper”).

Ma meilleure amie et moi avons chacune notre préférence. Elle le petit bélier et moi le petit-gris. Un jour, la personne qui gérait la ferme nous dis que les lapins nains doivent vite trouver une famille pour éviter de passer l’hiver dans les clapiers dehors. Nous décidons toutes deux d’en adopter. Au dernier moment, je choisis de prendre le petit bélier.

De retour chez mes parents, n’ayant pas de cage pour lui, je le mets dans la cage du cochon d’Inde de ma sœur, Roger. Cette courte cohabitation aura valu à mon nouvel ami le surnom de sex-rabbit, en raison de son activité débordante face au cochon d’Inde tétanisé.

Chipper à désormais une cage et vis dans ma chambre. Il est nourri avec une espèce de mélange pour rongeur acheté en grande surface, tourne en rond dans sa cage avec une carotte en paille dans la bouche et mordille les barreaux de la cage sans cesse.


MAIS QU’EST-CE QUI SENT AUSSI MAUVAIS ?? Au mieux, je changeais la cage une fois par semaine, au mieux… À cette époque (qui a duré un bon moment), je ne pouvais pas voir Chipper en peinture, il me saoulait. Mon caprice était devenu un véritable fardeau.

Parfois, Chipper collait son front contre les barreaux et je le caressais à cet endroit. Il ne bougeait pas quand je le caressais à cet endroit, il semblait bien aimer. C’était aussi une véritable attraction, dès qu’il sortait de sa cage, il violait mes peluches. Inutile de vous dire que le surnom donné par ma mère est resté.

Années 2012 / 2013 / 2014 / début 2015

Aout 2015 – début 2016

J’emménage à la fin du mois d’août dans mon premier appartement avec mon copain. Ma mère me demande ce que je compte faire de Chipper. Je lui réponds que j’aimerais qu’il reste ici. Elle ne veut pas. Fin de la discussion. Chipper viendra vivre avec nous dans l’appartement. Mon copain n’est pas d’accord pour qu’il vienne, et ma mère n’est pas d’accord pour qu’il reste.

En septembre, nous voilà, tous les trois, installé dans notre nouveau nid. Comme un meuble, Chipper et sa cage sa place en face du canapé ou nous mangeons. À défaut d’une télévision, nous regardons le lapin dormir.

Chipper connait ses premières (courtes) escapades, l’attrait des petits chatons (bien plus sympa que les peluches ou Roger !) et ses premiers vrai câlin avec sa maitresse.

Nous déménageons tous dans un autre appartement (avec une vraie chambre !). Et c’est la que tout vas changer pour mon lapin. Ma soeur me montre une video sur internet ou un lapin fait ses besoins comme un chat dans une litière. Cela m’intéresse beaucoup, je m’inscrit sur des groupes Facebook de lapin. Politique de l’autruche oblige, je me persuade que mon Chipper ne pourra pas être plus heureux dans sa vie et puis ce n’est qu’un lapin.

Juillet 2016

Mars 2017

C’est à ce moment là que tout à changé. Pour lui comme pour moi. Le groupe Facebook que je suivais montrais régulièrement des lapins heureux, dans un environnement sain et comblés d’amour. Je voulais ça pour nous. J’ai commencé à le faire sortir de sa cage pour plusieurs heures dans la journée. Mon copain n’étais pas d’accord. Mais Chipper était calme et ne faisait pas de bêtises. J’ai alors décidé de le sortir quelques heures quand nous n’étions pas là. Et aucunes bêtises. Puis après un voyages de quelques jours à Paris. J’ai voulus essayer de laisser la cage en permanence ouverte, oui oui, même la nuit. Tout allait bien. Le Chéri qui était plus que réticent à cette idée, s’en est très vite accommodé et il s’est pris d’une profonde affection pour Chipper depuis qu’il est en liberté dans l’appartement.
Chipper est castré à 7 ans le 16 mars 2017. Et depuis, il est calme, encore plus affectueux et ne fait plus de marquages urinaires.

Je me réveille un matin, Chipper dors dans un panier-coussin. Je le prend en photo surprise de le voir dans ce panier sur lequel il s’énerve sans cesse. Je vais le voir, il ne bouge pas. Je vais chercher à manger, il ne bouge pas, il reste couché. Il ne veut même pas manger un petit bout de banane (son met favoris !). Je l’emmène chez le vétérinaire, un arrêt de transit parait-il. Je n’ai jamais autant pleuré de ma vie. Il est resté en soin plusieurs jours là-bas. Quand il est revenu à la maison, il n’était toujours pas en forme, refusait de se nourrir. Puis au  bout de quelques jours s’est allé mieux.
On ne se rend pas compte a quel point on tient à eux jusqu’à ce qu’ils décident de partir.
Aujourd’hui, je ne vois plus mon quotidien sans lui. Je suis devenue sa maman. Je suis devenue végétarienne. Et nous vivons tous en parfaite harmonie.

Juillet 2017

Pourquoi avoir créé ce blog ?

J’ai décidé de créer ce blog pour vous faire partager mon quotidien avec Chipper, et rendre un maximum de lapins heureux ! Mon souhait est de t’aider à avoir une relation épanouissante avec ton lapin et à le rendre heureux.
Tu découvrira à travers ce blog un animal affectueux, tout en surprise et caractère.
À très vite sur ce blog !
N’hésite pas à laisser un petit mot, tu aura toute notre attention ! 🙂